Jean-Baptiste RALLIERE, missionnaire au Nouveau Mexique

banniere

  • Liens
  • Blog
  • Accueil

Jean-Baptiste RALLIÈRE :
missionnaire au Nouveau Mexique

 

 

Certains auvergnats sont partis au milieu du XIXème siècle, évangéliser le nouveau Mexique (région d'Albuquerque et Santa Fe).

Parmi ces séminaristes partis au Nouveau Mexique se trouvaient le frère de mon AAGP, le Père Jean-Baptiste RALLIERE. Il y avait également Joseph Marie COUDERT, Gabriel USSEL, Joseph FIALON, Joseph Baptiste FAYET et Jean Auguste TRUCHARD.

 

Liste des prêtres partis à Santé-Fé


Jean Baptiste RALLIERE

Jean Baptiste RALLIERE "El Padre Eterno" , fils de Mathieu RALLIERE et de Benoite ROURE, est né en 1834 au Brugeron et décédé à Tomé - Nouveau-Mexique (Etats-Unis) en 1915.

Il a pris en charge la paroisse de Tomé en 1858 à l'âge de 23 ans et continua à servir la paroisse pendant 55 années ! Le Père Ralliere a été actif au niveau local, étatique, politique et diocésain et a aidé le peuple à travers les naissances, les mariages, les inondations, les sécheresses et les morts, pour ne rien dire de leur développement religieux. 

Pendant ces années, Tomé a été le centre politique du Rio Abajo.


Carte du Rio Abajo

Il fut missionnaire de grande valeur au Nouveau Mexique, parlant Français, Espagnol, Latin, Grec, Anglais. Pasteur des âmes efficace, doté d'une excellente santé, honnête, discret et prudent, jamais rien dans ses actions contre les principes moraux. Il construisit plusieurs écoles et églises.

Le Père Jean Baptiste Ralliere, prêtre français pendant une longue période à Tomé, a connu beaucoup plus de succès dans l'école catholique qu'il a créée pour les garçons et les filles en 1860. Parmi les matières enseignées, le Père Ralliere aborda la religion, l'histoire, l'anglais, les mathématiques, l'agriculture et la menuiserie. Toujours intéressé par l'enseignement du patriotisme et de l'histoire, le Père Ralliere aurait conduit ses élèves vers le haut de la colline de Tomé pour assister à la bataille de Peralta, ou au moins la fumée de la bataille, au cours de l'invasion des Confédérés du Nouveau-Mexique en avril 1862.

En assumant cette nouvelle responsabilité avec son énergie habituelle, le Père Ralliere visita chaque école dans le comté et commença à faire des plans pour les améliorer. Malheureusement, le comté de Valencia n'avait pas suffisamment de ressources pour faire marcher ses écoles, beaucoup moins que prévu par le Père Ralliere. Il n'avait pas de fonds pour financer les améliorations, même si elles pouvaient être bénéfiques pour les étudiants du comté.  Après quelques mois, le Père Ralliere rejoignit les rangs des éducateurs frustrés et démissionna de son poste en Janvier 1888. Toutes les écoles ont fermé cette même année en raison du manque de financement.

*     *

*

Jean-Baptiste Lamy, né à Lempdes. En 1839, il est vicaire à Chappes (63), et Joseph Macheboeuf, natif de Riom, vicaire au Cendre depuis 3 ans.
Le 9 juillet 1856 , ils embarquent au Havre sur 'l'Alma" pour New York avec des séminaristes. 
Après Cincinnati et les paroisses de l'Ohio où ils sont envoyés, le Père Lamy deviendra le premier évêque de Santa Fé au Nouveau Mexique, et le Père Macheboeuf le premier évêque de Denver au Colorado. 

Une cloche datant de 1863, qui est maintenant installée au sud de l'église, a été achetée par le père Jean Baptiste Rallière, pendant la longue période où ce prêtre français a servi à l'église de l'Immaculée Conception de Tomé.

"Quand vous avez une cloche, vous aviez toujours des parrains pour la cloche. Les parrains étaient les parents spirituels de la cloche et soit ils donnaient de l'argent pour la cloche ou soit ils étaient responsables de recueillir  l'argent pour acheter la cloche.

Les cloches étaient très importantes pour la communauté parce que nous n'avions aucune horloge ou formes de communication.

Il y a plusieurs noms qui ont été supprimés. Probablement, les noms des paroissiens ont été ciselés par les enfants de choeur sous la direction du prêtre.

 


Livres ayant appartenu au Père Rallière

 

Un prêtre longtemps attaché à Tomé

 

JB Ralliere était devenu prêtre à l'Immaculée Conception à l'âge de 23 ans quand la paroisse appartenait à un archidiocèse du Mexique. Quand il est passé à l'Archidiocèse de Santa Fe, l'archevêque Lamy a eu une période difficile pour contrôler ses prêtres, que Torres indiquait être du Mexique et de l'Espagne.

Le prêtre français est revenu en France et a ramené 6 nouveaux diacres à Santa Fe et les a placés dans des paroisses stratégiques au Nouveau Mexique, y compris jean-Baptiste Ralliere, qui a été ordonné plus tard et est resté à l'Immaculée Conception pendant 55 ans. Il est arrivé à l'église en 1858, a pris sa retraite en 1913 et est mort en 1915. Il a été enterré sous l'autel de l'église.

Il était probablement la personne qui a le plus contribué à cette communauté," a expliqué Torres. "Il a apporté une imprimerie, l'ébénisterie et une forge."

Non seulement JB Ralliere est devenu le directeur des écoles, il a écrit cinq livres de musique et était le plus grand producteur de vin dans la vallée. L'amour de J.B. Ralliere pour la musique l'a influencé pour avoir trois choeurs séparés, un pour les femmes, un autre pour les hommes et un troisième uniquement pour les enfants de l'église.

Il a apporté cinq orgues de l'est des Etats Unis, mais les historiens peuvent seulement estimer l'origine d'un seul.

Pendant les cinq décennies où J.B. Ralliere était le pasteur de l'Église catholique Notre Dame de l'Immaculée Conception à Tomé, lequel a été inscrit sur les registres historiques de l'Etat, il a eu beaucoup d'amis, mais a passé aussi par une période de temps difficiles également.

La propriété de l'église avait toujours fait partie de l'octroi de Terre de Tomé, mais le Père Ralliere avait acheté des terres privées à côté de l'église. En 1909, certains des évêques venant de l'est des Etats Unis faisaient des histoires de comment il était difficile pour eux d'obtenir des terres et un acte et un titre de propriété pour leurs églises.

"L'évêque en charge à ce moment-là a demandé aux prêtres de commencer à récupérer les titres de propriété» «L'octroi de terre de Tomé possédait la propriété, et le père Ralliere est allé voir le conseil d'administration et a demandé la propriété pour l'archevêché."

Torres a déclaré que les membres du conseil qui, tous, avaient été baptisés, confirmés et mariés par Ralliere , avaient convaincu le prêtre que c'était fait et qu'ils donneraient la propriété à l'église. Mais quand un homme a commencé à poser des questions sur la transaction, le conseil a changé d'avis.

Le Père Ralliere était tellement bouleversé par la décision du conseil qu'il a béni les sacrements du tabernacle de son domicile, qui se trouvait à environ 100 mètres de l'église.

"Le dimanche suivant, les paroissiens sont venus à l'église juste pour trouver une note sur la porte de l'église indiquant que l'église était fermée", a déclaré Torres. "Elle est resté fermée pendant deux mois."

Torres a déclaré que les femmes de l'église, ont lancé une pétition pour obliger le conseil à donner la propriété de l'église à l'archevêché. Alors que l'église était transférée par acte notarié au diocèse, ils ont refusé de leur donner le cimetière.

Dans l'un des vergers de Ralliere poussa un arbre très particulier qu'il avait rapporté de France. L'arbre produit des branches épineuses, que le prêtre aurait donné aux paroissiens le Vendredi saint. Comme l'histoire continue, les croyants pensent que toucher ces épines pourrait guérir diverses maladies.

"L'arbre existe toujours," a déclaré Torres. «nous ne sommes pas sûrs que ce soit le même arbre, mais il est complètement recouvert de ronces. J'avais lu et entendu parler de lui depuis des années, et je l'ai finalement trouvé."

Ralliere a également fondé un orphelinat pendant son séjour à Tomé. De tous les enfants qui ont vécu à l'orphelinat, un seul garçon a pris le nom du prêtre - Andres Ralliere, un Navajo.

Un des autres orphelins que Ralliere a élevé s'était rendu de Tomé à El Paso dans une longue caravane chevauchée sur un grand bélier quand il avait 10 ans. Torres a déclaré que l'arrière petit-fils du garçon, qui vit encore à Tomé, est propriétaire de la propriété où l'arbre grandit

 

Sources :

SALPOINTE, Soldiers of the Cross (Banning, 1898); 
DEFOURI, Historical Sketch of the Catholic Church in New Mexico (San Francisco, 1887); 
ENGELHARDT, The Franciscans in Arizona (Harbor Springs 1899).
NANCY HANKS, Lamy's Legion (HRM Books : Santa Fe, NewMexico PO Box 31235 Santa Fe, New Mexico ISBN 0-9665859-1-7, 2000)
PAUL HORGAN, Lamy of Sante Fe (1975)

*     *

*

8 prêtres et 3 religieuses en trois générations...

Le vénérable Père Gaschon (1732-1815) missionnaire du diocèse de Clermont-Ferrand
Pendant la Terreur, au lieu de s'enfuir, le Père Gaschon se réfugie dans sa région. Il dispose de caches chez des familles amies dans toute la région, parcourt la campagne vêtu en paysan, portant les réconforts de la parole de Dieu et des sacrements à cette population éprouvée, célébrant la Messe dans des granges. Lorsque l’alerte est plus sérieuse, que la garde nationale se lance à se recherche, il gagne les hameaux des hauteurs. Il bénit les familles qui ont ainsi pris le risque de lui offrir un refuge ; chaque fois naîtront ensuite, dans ces villages hospitaliers, un grand nombre de vocations sacerdotales et religieuses.
La famille Rallière fait partie de ces familles chez qui il a trouvé refuge, ainsi naquirent sans doute les vocations de la 1ère génération...
Pour plus d'informations sur le Père Gaschon


1ère génération : 2 prêtres
enfants de Jean RALLIERE et Benoite VIALLON :
Claude Benoit RALLIERE °1800 Le Brugeron curé de Brousse (63), + 1876 Brousse
Son frère Jean Antoine °1811 Le Brugeron curé de Mazayes (63) +1857 à Mazayes
Leur frère Mathieu °1802 Le Brugeron époux de Benoite ROURE donnera à la génération suivante :
2ème génération : 4 prêtres et 1 religieuse
Jean Baptiste (le missionnaire)
Une de ses soeurs Annette allait devenir Sainte Ursule +1894
Antoine °1827 Le Brugeron prêtre curé de St Bonnet le bourg +1885 St Bonnet le Bourg
Adrien °1836 Le Brugeron prêtre curé de St Bonnet le bourg +1917
Antoine °1838 Le Brugeron prêtre curé de la Chapelle Agnon+ 1895 La Chapelle Agnon
Leur frère Benoit °1829 Le Brugeron, mon arrière arrière grand-père, aura 7 enfants (dont 1 mort en bas age) avec Benoite ROCHE en 1863 puis Benoite RALLIERE en 1873

3ème génération : 2 prêtres et 2 religieuses, enfants de Benoit °1829
Marie Célestine °1864 Le Brugeron Soeur Marie de l'assomption, supérieure de la communauté de Plauzat +1906
Marie Aponine °1867 Le Brugeron Soeur Saint Alphonse +1945 St Germain l'Herm
Matthieu Joseph °1873 Le Brugeron curé de st Bonnet le Bourg +1938 St Bonnet le bourg
Jean Baptiste °1877 Le Brugeron curé de Baffie +1924 St Bonnet le bourg
Matthieu Joseph et une de ses soeurs

Plauzat : Congrégation Saint Joseph du Bon Pasteur
Soeurs chargées de l'enseignement
Legs fait par la demoiselle Auzon aux soeurs du Bon Pasteur établies à Plauzat conjointement avec la commune consistant en une somme de deux cent francs et une pièce de terre estimée sept cent deux francs, à la charge d'élever une petite orpheline de la commune de Plauzat (Paris 30/01/1869)