banniere

  • Liens
  • Blog
  • Accueil

Les communes françaises annexées entre 1871-1918

Suite à l'armistice du 26 janvier, le Traité de Francfort est signé le 10 mai 1871, mettant fin à la guerre franco-allemande.
Il prévoit la capitulation de Paris et l'annexion de l'Alsace-Lorraine à l'Empire allemand. Sont ainsi cédées :
- une partie de la Meurthe (52)
- une grande partie de la Moselle (55)
- l'intégralité du Bas-Rhin (65)
- une grande partie du Haut-Rhin (66)
- une petite partie des Vosges (82)

Cessions territoriales à l'Allemagne résultant du traité de Francfort

Le département des Vosges a été amputé de 18 communes de l'arrondissement de Saint-Dié, dont 7 communes sur 13 du canton de Schirmeck et 11 sur 12 des communes du canton de Saales [seule Raon-l'Etape restant française] ;

Le département du Bas-Rhin (4 arrondissements, 33 cantons, 541 communes au recensement de 1866) a été entièrement cédé à l'Allemagne ;

Le département du Haut-Rhin (3 arrondissements, 30 cantons, 490 communes au recensement de 1866) a été cédé à l'Allemagne à l'exception de 106 des 191 communes de l'arrondissement de Belfort formant la "zone française détachée du Haut-Rhin". Ainsi 384 communes ont été cédées à l'Allemagne ;

Le département de la Meurthe (5 arrondissements, 29 cantons, 714 communes au recensement de 1866) a cédé à l'Allemagne 135 des 147 communes de l'arrondissement de Château-Salins (restent françaises 3 des 38 communes du canton de Château-Salins et 9 des 24 communes du canton de Vic) et 107 des 116 communes de l'arrondissement de Sarrebourg (restent françaises 8 des 26 communes du canton de Lorquin et une des 18 communes du canton de Réchicourt). Ainsi 472 communes (dont l'ensemble des arrondissements de Lunéville, Nancy et Toul) sont restées françaises et 242 ont été prises par l'Allemagne ;

Le département de la Moselle (4 arrondissements, 27 cantons, 629 communes au recensement de 1866) a cédé à l'Allemagne 19 des 131 communes de l'arrondissement de Briey (à savoir 10 des 34 communes du canton d'Audun-le-Roman, 7 des 24 communes du canton de Briey et 2 des 27 communes du canton de Longwy), 211 des 223 communes de l'arrondissement de Metz (restent françaises 12 des 29 communes du canton de Gorze), et les arrondissements de Sarreguemines (156 communes) et de Thionville (119 communes) en entier. Ainsi 124 communes (dont 112 de l'arrondissement de Briey) sont restées françaises et 505 ont été prises par l'Allemagne.

Au total les transferts vers l'Allemagne touchent 5 départements (dont 1 en entier), 14 arrondissements (dont 8 en entier), 97 cantons (dont 84 en entier) et 1690 communes.

Les optants.

La Lorraine est donc coupée en deux par ce traité de Francfort qui entérine l’annexion par l’Allemagne de l’Alsace et de la Moselle.
Et se pose bien vite la question de la nationalité. Sont-ils Allemands ou sont-ils Français, ceux qui jusqu’à ce jour de mai 1871 étaient tous Français ?
La réponse allemande va entrainer des conséquences étonnantes. Le traité de Francfort laisse le choix aux habitants des régions annexées d’opter pour la nationalité française.
Ils deviennent donc des « optants » pour leurs concitoyens. On leur laisse le choix de rester chez eux, et de devenir Allemands, ou de rester Français mais de quitter la zone annexée. Un choix impossible pour l’immense majorité des habitants annexés.

Le nom germanisé de quelques communes françaises

Vous trouverez ci-dessus le nom germanisé de quelques communes françaises du Bas-Rhin annexées par l'Allemagne après la défaite des Français en 1870.

Nom français Nom allemand Département
Saverne ZABERN Bas-Rhin
Sélestat SCHLETTSTADT Bas-Rhin
Neubois GEREUTH Bas-Rhin
Albé ERLENBACH Bas-Rhin
Bouxwiller BUCHSWEILER Bas-Rhin
Crastatt KRASTATT Bas-Rhin
La petite Pierre LÜTZELSTEIN Bas-Rhin
Marmoutier MAUERMUNSTER Bas-Rhin
Thal-Marmoutier THAL BEI MAURSMUNSTER Bas-Rhin
Wasselhonne WASSELNHEIM Bas-Rhin
Wissembourg WEISSENBURG Bas-Rhin